Cuisine Houzz
Maison

Avant/Après : 7000 euros pour transformer une cuisine

Visite guidée par Foire de Paris et Houzz.fr 

Voici la métamorphose complète d’une cuisine vieille de trente ans en espace accueillant et lumineux. Lolo et Lidia, un jeune couple d’Écija, dans la province de Séville, parents d’une fillette, n’avaient pas tellement de temps ni d’argent à gaspiller ! La solution ? Un véritable do-it-yourself de bout en bout, pensé avec des matériaux locaux, l’aide d’un maçon et d’un concepteur de cuisine. Découvrez l’étonnant résultat d’autant de motivation : une rénovation réussie pour une cuisine aussi fonctionnelle qu’esthétique.

Coup d’œil

Qui habite ici : Lidia, Lolo, leur fille Ariadna de 23 mois, et deux chats

Emplacement : Écija (Séville), Espagne

Superficie : 12 m²

Budget : environ 7 000 euros


Passionnée de pâtisserie, Lidia – qui prépare des concours de technicienne en radiodiagnostic –, possède de nombreux ustensiles de cuisine.

« Robots, moules, emporte-pièces de toutes tailles et formes, ustensiles de mesure, colorants, douilles pour la poche à pâtisserie… Maintenant, j’ai de la place pour tout ranger ! En fait, c’est infernal, parce que je ne peux pas m’empêcher d’acheter de nouvelles choses et si je ne m’arrête pas, je vais me ruiner, ou il faudra que j’abandonne la cuisine ! », commente-t-elle avec sa bonne humeur andalouse.

Tout ça pour dire que le principal objectif de la rénovation – sinon le premier – était de gagner en espace de rangement !

Côté style, le couple aspirait surtout à concevoir une – nouvelle – cuisine accueillante, plutôt traditionnelle, mais sans tomber dans l’esprit vintage. « Nous ne souhaitions pas un espace qui risquait de nous lasser rapidement », explique Lolo, graphiste publicitaire.

Finalement, après tous ces efforts et cet investissement, ils sont heureux de leur choix. « Maintenant, c’est un vrai bonheur de cuisiner, car la pièce est très facile à entretenir et à ranger. Nous nous sommes aperçus que nous y passions plus de temps qu’avant, même sans tabourets ! Auparavant, c’était plutôt un lieu froid où nous venions simplement pour préparer les repas… », admettent-ils spontanément.

Le couple a néanmoins préféré suivre les conseils avisés d’un maçon et d’un cuisiniste. D’ailleurs, leur point de vue respectif a joué un rôle important dans la conception de la cuisine actuelle.

« Au départ, nous ne souhaitions pas sacrifier le grand placard qui se trouvait dans un des coins, mais le concepteur nous a suggéré de boucher ce trou afin de ne pas rompre la ligne de meubles suspendus. Et il avait raison ! Le reste de l’équipe (maçon, plombier…) nous a conseillés à propos de l’emplacement de la machine à laver, de la table de cuisson, du lave-vaisselle, mais également pour que nous puissions les utiliser de façon intelligente et intuitive », explique Lidia.

Les conseils de professionnels ont d’autre part permis de prévoir l’installation d’un faux plafond en plâtre, idéal pour encastrer les spots et dissimuler l’extracteur, ainsi que les câbles de la plaque en vitrocéramique.

Toute l’installation électrique et les tubes – qui dataient de plus de trente ans –, ont été à cette occasion entièrement remplacés.

« Et le plus incroyable, c’est que tout était terminé au bout de seize jours », raconte Lidia. « Nous n’étions pas vraiment inquiets et nous vivions les travaux au jour le jour. C’était en été, une semaine avant les vacances de Lolo. La deuxième semaine de travaux, Ariadna et moi sommes allées à la mer avec mes parents. Et c’est Lolo qui s’est sacrifié sur les derniers jours [rires]. Seuls les chats ont mal vécu le chantier parce qu’il a fallu les garder enfermés. Comme ils sont très curieux, le maçon n’aurait pas pu travailler avec eux dans les jambes ! »

Ce qui préoccupait davantage le couple restait le choix du matériau destiné au plan de travail. « Finalement, nous avons opté pour du bois. Bien que ce matériau nécessite davantage d’entretien et qu’il soit moins résistant à l’usage, il est vraiment plus économique. Et puis, le bois est chaud et nous plaît beaucoup dans la cuisine. »

Quatre ans auparavant, Lidia et Lolo avaient déjà changé le plan de travail pour du Formica et avaient également investi dans un réfrigérateur et une machine à laver qu’ils ont conservés après la rénovation.

En plus de gagner en espace de rangement et de remplacer les meubles un peu vieillots, ils voulaient gagner en modernité en installant une plaque de cuisson en vitrocéramique, un lave-vaisselle, un four électrique et un micro-ondes.

Ils ont bien évidemment installé une hotte à extracteur de fumée parce que les odeurs de cuisine étaient très incommodantes.

Le mobilier Copugen a été conçu et fabriqué par une entreprise locale aux environs de Écija, Séville. Les meubles sont simplement laminés de Formica.

« Nous avons écarté l’option des freins pour les tiroirs et les portes des placards afin d’économiser et nous avons opté pour des meubles simples à étagères. Seul le tiroir à vaisselle propose un frein, pour plus de sécurité », expliquent-ils.

En revanche, en ce qui concerne les portes, il était évident dès le départ qu’elles seraient dotées de moulures et en bois, un matériau agréable, dont la texture veinée est plus esthétique. Pour ce qui est de la couleur, leur première envie s’était portée sur du gris, mais en consultant la gamme de teintes proposées, ils sont tombés d’accord sur l’indigo.

Le couple a choisi un carrelage métro brillant blanc pour les murs. Au départ, ils souhaitaient poser du carrelage gris au sol, mais lors de leur recherche de matériaux, ils ont finalement préféré de jolis carreaux de céramique à motifs.

Araceli Herrero pour Houzz

Bannière Houzz.fr
Bannière Houzz.fr

Article précédemment publié sur Houzz.fr 

A lire aussi : 

AVANT/APRÈS : 4 MOIS ONT SUFFI À MÉTAMORPHOSER CE TROIS PIÈCES

AVANT/APRÈS : 35 000 EUROS POUR MÉTAMORPHOSER UN DUPLEX

AVANT/APRÈS : UN STUDIO DE 37 M² RAFRAÎCHI EN QUELQUES COUPS DE PINCEAU