Maison

Avant/Après : Un studio de 37 m² rafraîchi en quelques coups de pinceau

Visite guidée par Foire de Paris et Houzz.fr 

De longs couloirs une odeur de matériaux anciens, un ascenseur à la lumière vacillante… Ce bâtiment gris des années 1960 se trouve au cœur du quartier animé de Kreuzberg, près du marché Markthalle Neun et de ses délices culinaires. En dépit de la gentrification, les propriétés sont encore abordables et il y a encore des locataires avec peu de moyens. « Le propriétaire a gardé son ancien studio d’étudiant », raconte Rhea Gleba. « Il vit à Zanzibar avec sa famille et utilise l’appartement lorsqu’il vient en Allemagne. » Rhea Gleba et Janna Störmer ont modernisé les 37 m², qui n’avaient pas été rénovés depuis la construction du bâtiment il y a cinquante ans. Il va sans dire qu’elles ont rencontré quelques obstacles en chemin…

 

Coup d’œil

Qui vit ici : Un entrepreneur quadragénaire, marié avec deux enfants, qui vit à Zanzibar. « Lorsqu’il vient en Allemagne, il séjourne ici avec sa femme. » Le reste du temps, il loue le studio via Airbnb.

Superficie : 37 m² ; cuisine : 3,5 m², salle de bains : 2,9 m²

Emplacement : quartier de Kreuzberg, Berlin

Budget : coûts de construction (plomberie, sols, peinture) : 20 000 euros net ; menuiserie, ameublement : 5000 euros net.

Décoratrices : Janna Störmer et Rhea Gleba, pour le compte d’Indecorate

Photos Après 

Hejm Interieurfotografie

Janna Störmer et Rhea Gleba ont tout de suite trouvé un fil rouge pour ce petit appartement. « Au départ, nous voulions donner une couleur à chaque pièce », explique Rhea. « Toutefois, ça ne rendait pas bien dans la salle de bains », précise Janna. « Nous avons donc gardé l’idée d’une couleur dans chaque pièce, mais en monochrome. »

On entre dans le studio par une petite entrée avec placard intégré. De là, on arrive au grand salon et à la petite salle de bains.

AVANT

Depuis sa construction dans les années 1960, le bâtiment n’avait jamais été rénové. Après avoir hébergé une maison de retraite, il a été divisé en appartements loués de particulier à particulier pendant de nombreuses années.

« Le studio faisait vraiment chambre d’étudiant. Le sol était recouvert de moquette avec une couche de lino en dessous et nous nous doutions qu’il y avait eu un dégât des eaux car le plâtre était complètement humide et moisi par endroits », se souvient Janna. Le propriétaire souhaitait une rénovation élégante et décontractée dans ce qu’il appelle le style berlinois. « C’est en quelque sorte un style “culotté” mais bien pensé », indique Rhea.

APRÈS

L’originalité de cette rénovation réside dans la cuisine, toute de rouge vêtue. « Nous nous sommes beaucoup amusées pendant nos recherches. Nous avons discuté du grille-pain pendant des heures. C’était très sympa de choisir les parfaits accessoires, comme le plateau couleur aubergine de Mojoo », indique Rhea.

Les décoratrices ont eu la chance de pouvoir travailler avec leurs artisans préférés, dont Sven Ulber de van Risk. Bien que cela ne fasse pas vraiment partie de leur métier d’ébénistes, Sven et son équipe ont fabriqué des unités pour cacher les éléments techniques et les appareils électriques. « Les unités devaient s’adapter au siphon, à la machine à laver et au réfrigérateur encastrable », explique Janna. « Au départ, on voulait utiliser des unités Ikea, mais on a réalisé que tout devait être fait sur mesure. »

Le mur derrière le plan de travail a été peint avec une peinture au latex. Le « tape art » que l’on peut voir sur les murs correspond bien au look souhaité pour le studio. Les surfaces cramoisies que l’on voit sur ces photos sont encore plus vives en vrai. « Nous avons choisi la nuance Marsala comme couleur de base. La couleur rayonne, mais reste supportable. »

Plan de travail et façades : panneau stratifié bourgogne, Egger ; Peinture : gamme Pure, référence 02.005.02, Schöner Wohnen ; Lampe : vintage ; Étagère : faite avec des chutes et des consoles Ikea ; Photo : Kate Moss

AVANT

Les pièces n’avaient aucun look particulier… Un vrai bric-à-brac ponctué de sachets de soupe instantanée entamés ! La coopération entre le propriétaire et les décoratrices s’est bien déroulée et a permis d’opérer une transformation rapide : « Il nous a fait totalement confiance et tout s’est fait par e-mail. Nous ne l’avons vu que deux fois : au début des travaux et à la remise des clés », raconte Rhea.

APRÈS

Comme le propriétaire ne voulait pas de cuisinière, la cuisine a été équipée d’un réchaud à induction. « Il nous a expliqué qu’au réveil, il se ferait un café ici et qu’après, il irait au café du coin, qu’il appelle son salon. » La machine à laver et le réfrigérateur ont été installés sous le plan de travail, assez profond.

Pour l’espace salon-chambre-salle à manger, Janna et Rhea ont opté pour une décoration monochrome : elles ont utilisé le même gris clair pour le sol, les murs, le plafond, les poignées et les encadrements de porte, le balcon et même la table. « Comme le propriétaire apprécie l’esthétique de l’improvisation, le défi pour nous a été de réaliser un travail technique propre tout en maintenant une certaine décontraction. Nous avons indiqué au peintre que le rendu des murs n’avait pas à être parfait. Il a su respecter notre idée », explique Janna.

La disposition de l’appartement a tout de suite plu aux décoratrices, avec sa fenêtre placée dans un coin et son balcon (hors photo), où on peut s’asseoir en été et profiter de la vue sur la rue.

Le parti pris d’une couleur unique au sol comme aux murs permet d’agrandir la pièce. Le gris clair est mis en valeur par les meubles et accessoires noirs et bleus. Janna et Rhea ont peint elles-mêmes les étagères murales en bleu.

« Acheter des meubles a été un vrai plaisir », se souvient Rhea. « Nous avons trouvé de très bonnes affaires. » Le propriétaire voulait le lit Mjölvik bleu foncé, d’Ikea. Il représente l’achat le plus onéreux du studio.

AVANT 

La salle de bains avait un besoin évident d’être rénovée. « Le bac de douche fuyait et les odeurs remontaient de l’évacuation. Tous les tuyaux étaient apparents, sans aucun coffrage », précise Janna. Elle compare le studio à un chien errant qu’on ramène de vacances et qu’il faut épouiller et requinquer. « Nous avons juste gardé un carton d’affaires personnelles, tout le reste a été jeté. »

APRÈS

Lorsque les ouvriers ont commencé à démolir les surfaces carrelées, un énorme trou est apparu. Il fallait trouver une solution en touchant le moins possible aux murs. « On a donc lu les articles Houzz d’autres experts. Stephanie Schubert, de Frag die Raumgestalter [« Demandez au décorateur », avait l’expérience de ce type de rénovation. Elle a été très sympa et nous a expliqué comment recouvrir le carrelage avec un enduit d’assainissement », raconte Rhea.

Une douche de plain-pied était techniquement possible, mais le coût semblait trop élevé pour un studio destiné à la location. « Les petites salles de bains avec une douche de plain-pied sont généralement humides jusque dans les moindres recoins », précise Janna. C’est Christian Strehlow de Sanitär Strehlow et son équipe qui se sont chargés d’aménager la salle de bains.

Le sol a été entièrement refait. De nouveaux joints et de nouvelles trappes de ventilation ont été posés.

Le 23 décembre 2016, Janna et Rhea ont remis les clés au propriétaire. Pour la première fois, sa femme et lui ont passé le Nouvel An dans le nouveau studio. Ils étaient ravis !

Si on examine le plan au sol, l’aménagement du studio devient plus clair : un petit couloir mène dans la salle de bains et dans le salon, d’où on peut se rendre dans la petite cuisine et sur le balcon. Le choix audacieux des couleurs dynamise l’appartement et crée une sensation d’espace.

Bannière Houzz.fr
Bannière Houzz.fr

Eva Zimmermann pour Houzz et Foire de Paris.

Lire aussi